ANNA OU LA VIE

▬ bienvenue à slowdown; dernier membre inscrit sur le forum.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque les limites n'existent plus...

Aller en bas 
AuteurMessage
F.Angel
Super Membre <3
avatar

Féminin Nombre de messages : 119
Age : 26
Localisation : Paris
Humeur : En lutte perpétuelle
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Lorsque les limites n'existent plus...   Ven 24 Déc - 1:21

Suis-je pathétique ou tout simplement déshumanisée ? Je n'ai pas respecter la règle, j'ai dépasser une limite qui n'avais jamais était,jusqu'ici transgressée.

J'ai vomis dans la poubelle de ma cuisine. J'étais à la merci de tout regards, en aucun cas à l'abri. Je n'étais pas cachée;tout le monde aurait pût me voir. J'étais à la merci de tout le monde. vous savez quoi? Le pire n'est pas encore dit : au début de ma purge, j'étais inquiète,anxieuse à l'idée de me faire voir,piéger par quelqu'un mais, au fur et à mesure que j'enfonçais mes doigts au plus profond de ma gorge pour vomir ces atrocités que j'avais ingurgité (ces immondices étaient et ne furent qu'un malheureux bol de céréales). Néanmoins je sentais que mon corps ne pouvait accepter de nourriture. Je sentais le vomis remonter le long de ma gorge mais, cependant , je ne pouvais vomir naturellement; j'ai donc,instinctivement enfoncer mes doigts dans ma gorge pour rejeter ces aliments ignobles et pleins de gras (à mes yeux bien sûr, car si l'on a un regard plus objectif et non pathologique un bol de céréales n'a que peux d'apport caloriques.). voilà donc où es ce que je me situe en ce moment : j'ai transgressé une limite;je suis passé à un niveau supérieur qui m'effraie. Je ne me suis pas cachée pour me faire vomir, es ce "normal" ? Faut-il que je commence sérieusement à me préoccuper ? Au début,comme lors de ton mes actes de vomissement, j'ai honte de moi, je me dégoûte et je crains pas dessus tout que l'on me démasque et là, j'ai fait tout le contraire. J'étais dans ma cuisine, une salle accessible pour tout le monde et quasiment principale.
Pourquoi n'ai-je plus eux peur que l'on me découvre ? Pourquoi n'ai-je pas souffert? Pourquoi j'ai fini par oublier que le monde existait autours de moi ? Comment est-il possible mon abstraction de mon entourage et de l'existence même m'ai permis de réaliser un tel acte dans une telle condition ?

Je me sens dépersonnalisée, comme si j'étais une autre. J'ai perdu toute humanité. Je ne suis plus qu'atypiquement hybride.

Je suis perdue dans ma propre perdition. La lutte contre la fin de la faim est loin d'être terminée; je pense bien que je finirais par y laisser ma peau? J'ai peur et à la fois je ne suis pas effrayée à l'idée qu'un jour tout puisse s'arrêter: il suffirait qu'un jour mon cœur décide de s'arrêter brutalement de battre, que mon œsophage se déchire ou que je meurs d'une façon atroce, comme un chien : étouffé dans mon propre vomis.

Après cette longue histoire sur un acte précis qui m'a perturbé et me perturbe toujours, j'aimerais vous faire part d'une de mes réflexions,qui n'aurais jamais existé dans ma petite tête si je n'avais pas rencontré le professeur Rigaud. Comme je vous l'ai indiqué dans l'article que j'ai rédigé sur lui,une étude réalisée par lui même et son équipe, il existe un lien entre les traumatismes sexuels et les troubles du comportement alimentaire "mixtes".
Je pense, pour ne pas dire persuadée, que,à titre personnel bien sûr, que la boulimie (avec vomissement) n'est autre que la répétition d'un épisode traumatisant: tentative de viol.
L'aliment que j'ingère,de façon compulsive pendant une crise représente le dégoût que j'ai pour mon corps depuis qu'il a été tâché,souillé par l'ordure ainsi que la tentative d'agression en soi; les vomissements provoquées représente l'envie d'arracher ce profond dégoût,cette souillure qui m'a été infligée dès mon plus jeune âge. La boulimie et tout le comportement qui l'accompagne pourraient être la répétition d'un traumatisme,d'un vécu douloureux.
La boulimie est le reflet,une réitération de la tentative de viol,des attouchements sexuels dont j'ai été victime. La culpabilité d'avoir "trop" mangé pourrait traduire que je me sente responsable d'une souffrance que l'on m'a infligé,d'un acte dont je ne suis pas coupable mais victime. Je suis la victime dans l'histoire et non le/la coupable.
Je vomis mon dégoût, la répugnance qu'est et que j'ai dans ce faible corps qui a tant souffert de modelage corporel,de mutilation,de maltraitance et de non respect de la part des autres tout comme de la mienne.

En réalité, au fur et à mesure que je vous écris,mon esprit perd les mots que je désirais déposer ici pour exprimer mes maux. Ma réflexion aurait dû être plus précise et mieux écrite,car je n'ai pas pu vous écrire lorsque j'avais mon premier jet d'inspiration et de clarté dans mes idées.

Sur ces bonnes paroles je vais vous laissez.

Ps: je réalise que je vous ai écrit une méga bible!!!Bon courage à tous ceux et à toutes celles qui vont lire tout mon article.



Revenir en haut Aller en bas
http://enfantplume.skyrock.com
F.Angel
Super Membre <3
avatar

Féminin Nombre de messages : 119
Age : 26
Localisation : Paris
Humeur : En lutte perpétuelle
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Re: Lorsque les limites n'existent plus...   Ven 24 Déc - 14:47

F.Angel a écrit:


J'ai vomis dans la poubelle de ma cuisine. J'étais à la merci de tout regards, en aucun cas à l'abri. Je n'étais pas cachée;tout le monde aurait pût me voir. J'étais à la merci de tout le monde. vous savez quoi? Le pire n'est pas encore dit : au début de ma purge, j'étais inquiète,anxieuse à l'idée de me faire voir,piéger par quelqu'un mais, au fur et à mesure que j'enfonçais mes doigts au plus profond de ma gorge pour vomir ces atrocités que j'avais ingurgité (ces immondices étaient et ne furent qu'un malheureux bol de céréales)
j'en oubliais l'extérieur,la possible présence de quelqu'un et l'existence de la vie autours de moi.Mon acte a pris possession de mon être, de mon corps, me faisant oublier toute notion de réalité,d'appartenance au monde. j'étais dans une notre dimension qui me faisait me foutre que quelqu'un puisse entrer dans la pièce .

J'ai relu mon article et je me disais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas : j'avais oublier une bonne partie de ma phrase....je suis désolée!!
Revenir en haut Aller en bas
http://enfantplume.skyrock.com
Coton
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Lorsque les limites n'existent plus...   Ven 24 Déc - 15:08

F. Angel, je viens de te répondre un gros paragraphe qui n'a pas été publié... Un bug certainement... (argggg Mad) Je te réponds de nouveau dès que je le peux! (Misère ces ordinateurs...)

_________________
* Đаиѕ тσυтєѕ lєѕ lаямєѕ ѕ'аттаяdє υи єѕрσія *

Coton
Revenir en haut Aller en bas
angedepoussière
Nouveau Membre


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 12/12/2010

MessageSujet: Re: Lorsque les limites n'existent plus...   Ven 24 Déc - 18:06

Il faut que tu toccupes de toi, que tu te soignes...
je pense que ce professeur à raison malheureusement.
j'espère que tu réussiras à passer de bonnes fêtes malgr tout...
essaye d'écouter au mieux ton coprs, de te détendre...
courage
Revenir en haut Aller en bas
F.Angel
Super Membre <3
avatar

Féminin Nombre de messages : 119
Age : 26
Localisation : Paris
Humeur : En lutte perpétuelle
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Re: Lorsque les limites n'existent plus...   Dim 26 Déc - 19:45

Bonjour Coton et angedepoussière,

A vrai dire, je ne considère pas que se soit malheureux que le Pr; Rigaud ai raison,je pense qu'au contraire, c'est avantage,ou du moins,est un point "positif". Le fait que je sois atypiquement hybride,donc tcaniénne mixte montre que mon traumatisme sexuel a une grande importance dans mon historique. Je ne dis pas par là que toute ma maladie tourne autours de cet épisode douloureux,mais il est évident qu'il joue un rôle principal dans ma vie,ma souffrance. Le terme maladie me dérange,entend donc par historique le mot maladie.

Je suis désolée pour toi Coton;tu as bien raison pour les ordis!

Revenir en haut Aller en bas
http://enfantplume.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque les limites n'existent plus...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque les limites n'existent plus...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Philo] Les seules limites sont celles que l'on s'impose...
» Si les extraterrestres existent, pourquoi aucun contact?
» Les limites orientales de l'europe
» L'Armée de l'air Américaine reconnait officiellement que les soucoupes volantes existent
» Lorsque Dieu créa le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANNA OU LA VIE :: » Les Troubles Du Comportement Alimentaire « :: Discussions Autour Des TCA-
Sauter vers: